16 mars 2011

Mes premières impressions sur le web guinéen après la conférence sur « la presse guinéenne en ligne, force de changement et vecteur de haine »



La conférence du samedi 12 mars portant sur le thème : « la presse guinéenne en ligne, force de changement et vecteur de haine » a été couronnée de succès. J’adresse mes sincères remerciements à toutes ces personnalités de haut rang qui ont honoré cet évènement de leur présence. C’est la première fois dans l’histoire du web guinéen que les hommes de medias notamment les éditeurs de la presse en ligne, se retrouvent pour évaluer leur parcours et se donner des idées salvatrices pour que les citoyens se servent de l’Internet pour construire notre pays au lieu de le diviser en cultivant la haine entre les différentes communautés qui font la diversité de cette nation.

Je me réjouis également de l’engouement que le thème a suscité chez les journalistes eux-mêmes mais aussi et surtout chez les conférenciers qui ont su mettre le doigt dans la plaie.

Je vais très bientôt mettre à votre disposition la vidéo de la télévision nationale et l’audio des stations de radios qui ont couvert l’évènement. En attendant, j’alerte les internautes car en faisant le tour des sites pour savoir comment l’évènement à été restitué j’ai été sidéré de la façon dont certains sites, pas tous, ont dénaturé, infidèlement reporté les propos des conférenciers ou créer une sorte de confusion dans l’esprit des internautes qui ont lu plusieurs articles sur le même évènement sur différents sites. En lisant certains articles d’ailleurs, je me demande de quelle conférence s’agit-il ? Quelques exemples : un site écrivait que l’organisateur de la conférence s’appelle Aboubacar Kouyaté alors que c’est Fodé Sanikayi Kouyaté. D’autres écrivaient que l’organisateur de la conférence travaille dans une radio commerciale de Conakry alors que je suis simplement blogueur n’ayant jamais travaillé pour une radio. C’est plutôt mon ami Mohamed Djibril Camara qui m’a assisté dans l’organisation de ladite conférence et qui a remarquablement modéré la conférence, qui est journaliste à la radio Liberté FM. Disons que ce n’est pas grave mais le plus important était de pouvoir transmettre fidèlement ce qui a été dit par tel intervenant sur tel thème. Hélas !

Et pourtant, l’une des thématiques abordées par l’un des conférenciers, Fodé Tass Sylla, qui a fait une descente musclée dans la maison des sites Milles Collines, portait sur « La presse en ligne en tant que vecteur de haine ethnique et de DESINFORMATION en République de Guinée ». Je pense qu’il n’y a plus de débat à ce niveau car ils ont eux même confirmé que le mot DESINFORMATION méritait toute sa place dans cette conférence. Je les félicite de m’avoir désinformé dans leur reportage sur un évènement que j’ai organisé. Ils auraient dû cas même noter cette phrase de Justin Morel Junior : « ….le journaliste doit avoir le sens du recoupement…. ».

  Voici le projet qui a été mis en ligne avant même la tenue de la conférence et qui suffissait pour mieux comprendre le thème et les objectifs de la rencontre.
    

Réactions :