16 avril 2014

Alerte Guinée: le désastre environnemental de l'orpaillage en Haute Guinée


La plus vaste des 4 régions de la Guinée est en danger. Avec 96 700 km², La Haute Guinée représente 39% du territoire national. Elle est la partie nord du pays qui fait frontière avec le Mali, la Côte d'Ivoire et le Sénégal. Elle est constituée essentiellement de plaines couvertes de savanes arborés et herbeuse. Cette région est plate et devient ainsi le nid de plusieurs cours d'eaux provenant des montagnes guinéennes. On y trouve les fleuves Baffing, le bassin du Niger composé du fleuve Niger (à Kouroussa et Siguiri) et de ses affluents Sankarani, Fié, Tinkisso (à Faranah), Mafou, Dion et Niandan (à Kissidougou), le Milo (à Kankan)... A ces nombreux fleuves s’ajoutent des multitudes de rivières.  

Aux ONG et activistes environnementalistes
La Haute Guinée est la moins arrosée du pays. La pluviométrie varie entre 1300 et 1700 mm par an. Elle connaît un climat chaud et sec en général avec une température variant entre 15 et 38 °C.
mines.jpg
Une rivière asséchée par l’orpaillage
La région est très riches en or. Plusieurs grandes entreprises minières y sont installées. Aussi, ces dernières années, l’exploitation artisanale de l’or a explosé à la faveur de l’utilisation des détecteurs de métaux. Aujourd’hui des milliers de personnes - venant mêmes des pays voisins notamment le Mali, le Burkina et le Ghana - se ruent dans les campagnes. Soudain, l’orpaillage est devenu la principale source de revenue pour les populations au détriment des activités traditionnelles axées sur la culture vivrière et l'élevage. Les impacts de ces surexploitations à la fois industrielles et artisanales sont devenus de véritables menaces pour la région, le reste du pays et les pays voisins. Pire, l’Etat est incapable de contrôler l’orpaillage et ses conséquences écologiques. Il n’en fait nullement une préoccupation. Personne n’en parle. C’est le silence devant le crime. mines2.jpg
Les orpailleurs dans une mine à Siguiri
Je suis convaincu que dans une dizaine d'années, la vie sera impossible en Haute Guinée. Il n' y aura plus de rivière ni de végétation. On ne pourra plus y planter, cultiver ou pratiquer l'élevage. Toutes les sources d’eau sont entrain de disparaître. Aussi, la plus part d’entre elles sont complètement polluées par l’utilisation des produits chimiques par les orpailleurs et les grandes entreprises minières. Déjà le cour des principaux fleuves (le Niger, le Niandan et le Milo…) est complètement perturbé à cause de l'ensablement. Telles sont les conséquences terribles de la ruée vers l'or en Haute Guinée.rivière polluée.jpg
Une rivière en voie de disparition à Doko dans Siguiri
En ce mois de mars, la chaîne française France24 m’a fait l’honneur en répondant à mon invitation pour réaliser un reportage inédit sur cette folie de l’or dans la préfecture de Siguiri. C’est le nouveau numéro du magazine Ligne Directe des Observateurs de France24 qui a été diffusé le samedi 05 avril 2014.
Aujourd’hui, seules les ONG et les activistes peuvent freiner ce désastre environnemental en Guinée en mettant la pression sur le gouvernement. Depuis toujours, les autorités Guinéennes restent muettes et inactives face à ce danger. Aucune mesure n’est prise pour remblayer les puits abandonnés ou restaurer les terres dévastées que l’on peut estimer à des milliers d'hectares  par an. Le gouvernement n’a aucune volonté d’en faire une préoccupation. C’est l’anarchie totale! Je vous invite donc à la mobilisation totale pour nous sauver.  

Pour me suivre: http://sanikayi.flavors.me/

Soutenez la Fondation Saifoulaye Diallo pour un Avenir Meilleur



Projet de création et d’équipement de trois  (3) bibliothèques scolaires et communautaires dans les préfectures de Gaoual, de Koundara et Mali

I-                  Objectif général

Promouvoir la lecture à travers la création et l’équipement des bibliothèques scolaires  communautaires en milieu rural.

II-                Objectifs spécifiques :

Ø Favoriser  l’accès à la lecture à la population bénéficiaire de Gaoual, Mali et Koundara.

Ø  Augmenter le taux d’alphabétisation dans ces différentes villes.

III-           Bénéficiaires
 Populations des préfectures de Koundara, Gaoual et de Mali.

IV-           Résultats attendus

Résultat 1 : Une bibliothèque scolaire communautaire  sera  construite et équipée   dans chaque ville concernée.

Résultat 2 : Des livres seront disponibles à la bibliothèque  scolaire communautaire de chaque ville concernée.

Résultat 3 : La population de chaque ville concernée et les APAE  maintiennent l´accès à la bibliothèque.

VI-Principales activités à mener
 i mettre en
Activités liées au Résultat 1 :

Ø Construction du bâtiment qui servira de bibliothèque

Ø Aménagement de ce bâtiment (étagères, chaises, tables).

Activités liées au Résultat 2 :

Ø Récoltes de livres auprès des donateurs


Ø Envoi des livres dans les villes de Koundara, Gaoual et Mali.

Activité liée au Résultat 3 :

Ø Mise en place d’un système de gestion communautaire de la bibliothèque.
Ressources humaines

Ø  Personnel national : des agents  de développement

Ressources Matérielles

Ø  Equipement directement lié au projet : matériel de construction, livres

Ø  Transport : Container, un véhicule, + budget taxi pour les déplacements du personnel

Ø  Matériel de formation

 Message signé: Tél :     +224 622 28 94 24 / 664 56 51 90      Email : albarry07@gmail.com
  
                                                                                      



06 février 2014

Libération illégale de l’un des plus grands trafiquants fauniques par un magistrat près la cour d’appel de Conakry


Les efforts inestimables consentis par le BCN d’INTERPOL, le Ministère de l’Environnement et le projet Guinée-Application de la Loi Faunique (GALF) sont mis à rude épreuve par le fait de Monsieur Sékouba Condé, substitut du Procureur Général près la Cour d’Appel de Conakry. Sans l’aval de sa hiérarchie et en violation flagrante de la procédure en la matière, Mr Sékouba Condé a ordonné la libération de Monsieur Ousmane Diallo, un trafiquant faunique de réputation internationale.

19 décembre 2013

Condamnation très décevante d'un trafiquant d'ivoire à Conakry


Kaba entouré par les agents d'Interpol et un agent assermenté
du Ministère de l'environnement 
Le tribunal de première instance de Dixinn vient de condamner un trafiquant d’ivoire à 19 jours d’emprisonnement. Une peine très faible qui relance la question de la nécessité de réviser le code faunique Guinéen.  

Mamadou Kaba, un trafiquant d’ivoire dont la profession connue est la vente d’objets d’art sculptés en bois, a été arrêté le 28 novembre dernier par Interpol avec l’appui du projet GALF (Guinée - Application de la Loi Faunique) et le Ministère de l’Environnement. Cette interpellation a lieu à Nongo dans la commune de Ratoma. Ce délinquant faunique était en possession de 43 pièces de bijoux en ivoire. 

08 novembre 2013

Condamnation d'un baron de la criminalité faunique par un tribunal de Conakry



Je viens de rejoindre un projet inédit en matière de protection de la faune sauvage. Une lutte passionnante engagée par des ONG formées d’activistes qui travaillent avec acharnement pour démanteler des nébuleux réseaux de trafiquants des espèces animales menacées d’extinction. La semaine dernière, l’un des plus grands délinquants a été condamné à six mois de prison ferme par un tribunal de Conakry.

16 mai 2013

Ce que les Guinéens doivent savoir sur le blogueur Makaila Nguebla

Il a été soumis à des interrogatoires sévères par la police Sénégalaise avant d'être expulsé vers la Guinée. Le courageux et encombrant blogueur Tchadien Makaila est arrivé à Conakry dans les conditions catastrophiques que la Toile et les organisations de défense des droits de l'homme...n’arrêtent pas de décrier. Makaila découvre la Guinée pour la première fois mais curieusement, il se trouve qu'il a rendu d'énormes services à nos compatriotes qui se sont refugiés au Sénégal fuyant les périodes chaudes que la Guinée a traversée ces dernières années. 

27 septembre 2011

Ce mardi 27 septembre, journée à haut risque à Conakry


Auto-route à Madina

Sur l’invitation du Premier Ministre, les acteurs de la politique guinéenne se sont concertés hier lundi. Il fallait impérativement convaincre le Collectif à renoncer aux manifestations qu’il organise à partir de ce mardi jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications. Mais hélas ! Le pouvoir et l’opposition se sont séparés à queue de poisson.