26 août 2015

En Guinée, les blogueurs veulent changer la manière de faire la politique

CARLOS BAJO ERRO est un journaliste qui traite de l’Afrique, en particulier des questions relatives à l’évolution des nouvelles technologies en Afrique pour le quotidien espagnol elpais.com. Ce quotidien espagnol est l’un des journaux ayant la plus grande diffusion d’Europe, avec environ 2 000 000 de lecteurs par jour. Son tirage est supérieur à tous les journaux français.
Javier Moreno, son ancien directeur de la rédaction de 2006 à 2014, dirige le projet Leading European Newspaper Alliance (LENA), une alliance de 7 des principaux quotidiens européens: Die Welten (Allemagne), La Repubblica (Italie), Le Figaro (France), Le Soir (Belgique), Tages-Anzeiger et La Tribune de Genève (Suisse). 
Le journaliste CARLOS BAJO ERRO a interviewé Fodé Kouyaté Sanikayi, Président de l’Association des blogueurs de Guinée (ablogui).
Voici ma traduction en français de l’article paru en espagnol le 20 aout 2015 sous le titre « En Guinea, los blogueros quieren cambiar la política« .
Espérons que l’interview de Kouyah Kouyate incitera d’autres médias internationaux à s’intéresser à nous.

L’association de blogueurs Guinée Conakry, Ablogui veut changer la manière de faire la politique. Les activistes poussent les candidats à modifier leur messages

Il y a quatre ans, les blogueurs actifs en Guinée Conakry se comptaient sur les doigts d’une seule main. Aujourd’hui, 80 d’entre eux font partie de la plate-forme Ablogui, l’association des blogueurs du pays. En outre, non seulement ils se sont regroupés, mais aussi ils se sont fixés un objectif fondamental: participer aux élections présidentielles prévues pour Octobre. Ils veulent que leur participation soit en lettres majuscules. Pas en faveur d’un candidat ou l’autre, mais en réformant le discours politique, poussant les candidats à mettre de côté les mots qui réveillent des sentiments moins rationnels en les forçant à parler de leurs programmes.
Fodé Kouyaté Sanikayi est un habitué de l’univers numérique en Afrique de l’Ouest. Connecté avec des utilisateurs de Twitter et les blogueurs d’autres pays, il est fréquent de voir ce guinéen participer à des campagnes et à des initiatives qui se passent sur les réseaux à l’ouest du continent. Il est le président de Ablogui et l’un des initiateurs les plus convaincus du projet GuineeVote, qui est sur ​​le point de lancer officiellement la première phase de sa stratégie, selon les informations des promoteurs de la plate-forme. Les principaux objectifs de cette initiative sont de surveiller le déroulement de l’élection présidentielle qui, à moins de changements de la dernière minute, devrait avoir lieu en Octobre; collaborer pour que ces élections soient transparentes et oeuvrer, pendant la campagne, pour que le discours politique soit axé sur les mesures que chaque candidat propose plutôt que sur des questions sentimentales comme l’origine ethnique. 

Selon le président d’Ablogui, l’initiative @GuineeVote aspire à être « une plate-forme participative pour une surveillance citoyenne des élections, qui ne se limitera pas seulement au vote, mais continuera  après pour vérifier que les engagements soient tenus ».
« Nous sommes habitués à des discours politiques subjectifs », explique Kouyaté, « loin d’être les préoccupations des citoyens. En fin de compte, on ne vote pas des programmes, mais plutôt des personnes. Les partis ont été incapables de faire une divulgation adéquate de leurs programmes, ils ne savent pas mobiliser les citoyens autour de leurs objectifs de sorte qu’il est plus facile de jouer la carte du communautarisme, celle de l’appartenance ethnique. Voilà les raisons de notre l’initiative de changer le discours politique. Des discours simplistes et bon marché qui font appel aux différences ethniques, en aggravant les antagonismes, qui conduisent souvent aux tensions et même à la violence, nous voulons une comparaison des contenus des programmes proposés, forçant les politiciens à être plus constructifs en essayant de convaincre leurs électeurs dans l’exercice cohérent du pouvoir.
Les partisans de l’initiative ont essayé d’entrer en contact avec les partis politiques au cours des dernières semaines, bien que les candidatures ne soient pas encore définitivement validées. La plateforme GuineeVote accueillera les programmes de tous les candidats et utilisera l’application voxe.org pour les comparer, une application qui a été utilisée dans d’autres élections en Europe et aux Etats-Unis, essentiellement. « Si un parti ne nous envoie pas son programme, son profil sera présenté mais sera vide, il paraitra ainsi comme n’ayant pas de programme. Ce sont eux qui ont intérêt à voir si ça les intéresse », dit Kouyaté.
Les réseaux sociaux peuvent également présenter des risques

Les blogueurs ont assumé cette responsabilité pour prévenir les tensions sociales que peuvent générer des élections présidentielles. « La question ethnique est présente en Guinée », a déclaré le représentant de Ablogui, « c’est indéniable. En outre, les médias contribuent souvent à cette tension. Discuter des programmes est une façon de réduire les tensions, de calmer les âmes. «  Fodé Kouyaté Sanikayi explique que cette prise de responsabilité est également une nécessité: « Lors des élections de 2010, beaucoup d’informations avaient été répandues dans le but de créer une tension, de conduire à la confrontation et à éviter d’autres débats. Malheureusement, il n’y avait pas suffisamment d’accès à Internet, à cette époque. Mais maintenant, il y a une éclosion de son utilisation et nous ne pouvons pas risquer que de telles informations soient répandues sans réactions pour les démentir ».
Dans la perspective de la présidentielle, les cyber-activistes ont décidé de faire le contrepoids aux médias traditionnels à travers l’usage des blogs, des réseaux sociaux et leurs propres plate-formes. « Nous nous sommes engagés », a déclaré M. Kouyaté, « nous n’avons aucun intérêt partisan et comme citoyens nous sommes les premiers à être intéressés que les élections soient transparentes et pacifiques. Nous pouvons offrir la neutralité nécessaire « . Et pour cela les blogueurs comptent sur le facteur numérique, explique leur président: « Dans les médias traditionnels, il suffit de corrompre tout simplement le propriétaire pour que le média adopte une approche partisane. Dans notre cas, ils auraient à soudoyer des centaines, voire des milliers de personnes, mais évidemment cela est plus compliqué « .

Les élections pourraient être tendues

Le président de l’association des blogueurs de Guinée Conakry, Fodé Kouyaté Sanikayi.
Interrogé sur le climat prévu des élections, Fodé Kouyaté Sanikayi répond fermement: « Il pourrait y avoir des tensions, parce que les politiciens sont intéressés à porter l’attention sur les questions qui créent cette tension, le communautarisme. En outre, certains observateurs soutiennent que la CENI (commission indépendante chargée d’organiser les élections) est techniquement très limitée. Et il y a une crise de confiance, aussi bien entre les hommes politiques que de la part des citoyens envers les responsables politiques ».
En plus de changer le discours dans le débat et le débat sur les programmes proposés par chaque candidat, Ablogui a un autre but: faire participer vraiment les citoyens dans ce processus. « Nous devons faire prendre conscience qu’on ne peut pas se laisser emporter par les discours ethniques, mais que les citoyens ont aussi à jouer un rôle de premier plan dans les élections. » Le président de l’organisation des blogueurs s’attend à ce que les citoyens participent à la surveillance des élections. « Mettre son bulletin dans l’urne n’est pas suffisant. Il faut attendre jusqu’à ce que le dépouillement finisse dans son bureau électoral et que des résultats cohérents avec ce qu’on a vu soient rendus publics. on saura ainsi que son vote a été entendu, sinon, on pourra dénoncer les irrégularités qui auront eu lieu « , dit Kouyaté, pour expliquer le rôle de ceux qu’ils appellent les e-Observateurs.
Des partisans du Rassemblement du peuple de Guinée le 11 août, 2015, à Conakry, lors de la convention nationale du parti dans lequel le Président de la Guinée Alpha Condé a été nominé pour les prochaines élections en octobre 2015. / CELLOU BINANI (AFP PHOTO)
Dans les plans de l’association, ces e-Observateurs seront distribués dans les 33 préfectures du pays. « L’accès au numérique n’est pas le même à Conakry (la capitale) que dans les zones rurales, de sorte que nous devons donner des séances de formation aux citoyens intéressés », a déclaré M. Kouyaté. Bien que le président reconnaisse qu’à cet effet, il aura besoin de chercher des alliances et surtout une indépendance financière.
Les blogueurs guinéens s’inspirent des expériences antérieures pour cette initiative. Surtout, de l’utilisation des réseaux sociaux pendant les élections présidentielles sénégalaises en 2012, une communauté avec laquelle ils ont des liens étroits. Ils s’inspirent, comme le reconnait Kouyaté, de la plate-forme SUNU2012 que les blogueurs de ce pays avaient lancé à cette occasion, mais ils y ont ajouté de nouveaux outils qui n’étaient pas disponibles alors et ils ont « guinéanisé » l’expérience.
Ainsi, les objectifs de l’initiative sont d’encourager la discussion, assurer la transparence des élections et mobiliser, sensibiliser les citoyens au sujet de leur responsabilité. Pour ce faire, ils essaient d’agir pendant la campagne, mais aussi après la journée électorale et même pendant le décompte des voix, mettant les médias sociaux au service du public afin d’avoir des élections pacifiques, transparentes et participatives.
Traduction KonakryExpress

08 août 2015

Présidentielle 2015: que savez-vous des projets de société des candidats ?

L'Association des Blogueurs de Guinée (ablogui) est un réseau qui fédère les blogueurs et web-activistes Guinéens. Le réseau lancera bientôt une plateforme (www.guineevote.com) de veille citoyenne des prochaines élections.

GuinéeVote est un projet inédit dont l'un des objectifs clé est de donner un sens au débat politique et au vote des citoyens. Dans cette optique, Ablogui a établi un partenariat avec VOXE, une plateforme internationale de comparaison de programmes politiques. GuinéeVote a également l'appui de SUNU2012, des Observateurs de France24 et  de l'Atelier des Médias de RFI avec qui ABLOGUI est en partenariat.

03 août 2015

Disparition d'un journaliste: ablogui appelle à la mobilisation pour le retrouver

Chers tous,

Depuis le 23 juillet, le journaliste Chérif Diallo est porté disparu. En guise de solidarité à sa famille et à ses confrères, ablogui lance ce lundi -03 août 2015- une mobilisation web autour du hashtag #TrouvonsChérifEspace.
Cette action vise à interpeller les services de sécurité, les citoyens, les organisations de défense des droits humains et de protection des journalistes.

Par l'utilisation de #TrouvonsChérifEspace, ablogui appelle ainsi à la mobilisation générale sur la toile pour aider à retrouver le journaliste disparu. Il faut mettre fin à la grande angoisse qui règne dans sa famille et à Hadafo Média, sa rédaction. 

Nous espérons que notre ami sera retrouvé, très rapidement, sain et sauf.

Solidarité d'ablogui, le réseau des blogueurs et web-activistes.

19 juin 2015

 "L'Union européenne veut les richesses de l’Afrique, mais pas les personnes"

En ayant vu toutes les chaines d'informations à ma grande surprise je fus étonné de voir que le traitement médiatique de la question migratoire est de facto biaisée. Car Il est assez amusant de voir que les médias, nous présentent les passeurs  comme seules responsables de ce phénomène, chose étonnante et absurde ! Puisque  l'on sait aujourd’hui que le bombardement de la Libye en est la principale cause de ces migrations. Le véritable  responsable n'est ce pas l'UMP et le Ps ? Puisque les deux partis ont été d'accord pour bombarder l'ancienne Libye de Khadafi , sans aucune prise en comptes des conséquences que cela pouvaient engendrés, sans parler de la lâcheté de l'UA, cette coquille vide.

Ainsi pour comprendre le problème de l'immigration présenté par les médias, il faut réfléchir à deux fois sur les véritables causes de la migration :

La première des choses c'est que la géopolitique ne s'exprime pas par des bons sentiments, mais par des rapports de force entre états prédateur dans un monde de grand ensemble.

La deuxième des choses c’est que l'union européenne veut les richesses de l’Afrique, mais pas les personnes, c'est un génocide capitaliste qui se dessine sous nos yeux! C'est  le cauchemar dans lequel sombre l’Afrique à cause du pillage des multinationales, de la dictature, de la corruption des élites. Par ailleurs nous assistons à la loi du marché : qui de ce fait déshumanise les rapports entre les personnes.

La présence militaire

De plus tous ces pays ont signé des accords militaires avec la France ; plusieurs parmi eux ont des bases militaires françaises censées les protéger des agressions extérieures : ce dispositif militaire en réalité a pour fonction d'éléments perturbateurs de violences politiques en Afrique, de canalisations  des oppositions sous prétexte et pseudo-couvert d’accords secrets de défense, ou d'aide logistique. De véritables imposteurs locaux règnent en maitres- tyran que la France coopte et protège au pouvoir, au détriment des revendications légitimes et démocratique de la société civile. Ainsi, on comprend qu'il est clair que l’implication géostratégique de la France en Afrique est  de  plus en plus liée étroitement aux corollaires des évolutions de violences politiques sur le continent.

Les accords APE

De plus dans le rapport d'information  N° 3251 PRÉSENTÉ par M le Député Jean-Claude LEFORT. En effet dans ses conclusions,  il est dit que la mise en œuvre de cette politique économique entrainera un choc fiscal, agricole et industriel sur la balance des paiements, les majorités des pays africains  ayant été soumis souvent à des programmes d'ajustement structurel ne pouvant pas subventionner les produits agricoles, qui sont fragilisés.

Puisque cet accord prévoit l'interdiction de l'augmentation ou de la création de droits de douanes  à l'importation, l’interdiction de quotas d'importation, d'exportation , la suppression progressive des subventions à l'exportation des produits agricoles issus de l'Union européenne , d'interdire les pratiques commerciales déloyales ,  de permettre la mise en place de mesures de sauvegarde multilatérales temporaires.

Aujourd'hui, la solidarité et  le développement  doivent nous faire prendre conscience d’organiser une interaction  mondiale axée sur la  coopération entre les peuples permettant à chaque pays de se développer véritablement en toute indépendance.

Hamid CHRIET

Éditorialiste et Géopolitologue spécialiste de l’Afrique

16 juin 2015

Quelles sont mes priorités pour ablogui ?

Les abloguinéens lors du blogcamp224
Hier 15 juin 2015, j'ai été élu Président de l'association des blogueurs de Guinée (ablogui). Un réseau qui fédère les blogueurs et web-activistes Guinéens pour une synergie d'actions citoyennes. Avant d'exposer les grandes lignes de mes priorités voici le déroulement de ce processus démocratique.

Les blogueurs sont connus à travers le monde pour leur attachement inconditionnel aux principes démocratiques. Il serait hypocrite de prétendre défendre des valeurs que l'on ne peut intégrer dans son comportement. C'est pourquoi, au préalable, ablogui qui compte à jour plus de 75 blogueurs a clairement défini les règles et la procédure d'élection de son bureau composé de sept (7) membres. Il sont élus pour un mandat de trois (3) ans renouvelable une seule fois.

26 mai 2015

Blogcamp224: la satisfaction d'avoir relevé un défi

Blogcamp224 Conakry
Ablogui a tenu le cap. Nous avons organisé un blogcamp réussi. Cet événement inhabituel dans la blogosphère Guinéenne est une preuve que notre réseau s'est totalement et définitivement relevé. 

Le 23 mai 2015, ablogui a mobilisé les Net citoyens de Conakry autour du blogcamp224 à la Bluezone de Kaloum. Une première depuis la création de l'association et le deuxième blogcamp en Guinée après celui de 2011 qui a jeté les bases de la mise en place du réseau. Au début, très peu de blogueurs comprenaient le concept de blogcamp et son mode d'organisation. Cet fût une expérience enrichissante et une rencontre motivante pour tous les participants. Nous avons relevé le défi d’organisation et de mobilisation citoyenne.

20 avril 2015

Conakry fait son TweetUp

Photo #TweetUp224
Ce samedi, 18 avril, l'association des blogueurs de Guinée (ablogui) a fait un bond en avant. Elle a organisé son premier TweetUp dont le thème central était : les blogueurs, twittos et activistes Guinéens face aux enjeux électoraux. La rencontre dénommée #TweetUp224 nous a permis de se voir pour de vrai et de débattre de nos prochaines activités en prélude aux élections qui se pointent à l’horizon.



Un bon départ pour la dynamisation d'ablogui

Créée en 2011, Ablogui est le fruit d’une série de blogcamps organisés à l’intention des jeunes voulant embrasser le blogging. Malheureusement, le réseau avait perdu son élan par manque de dynamisme de la plupart des membres fondateurs. Aujourd’hui, l’espoir renaît avec des blogueuses, blogueurs et micro-blogueurs plus actifs, réguliers et engagés. C’est ainsi qu’en novembre 2014, nous avons lancé une campagne visant à répertorier les blogueurs Guinéens d’ici et d’ailleurs pour apporter du sang frais à Ablogui. La blogosphère Guinéenne de maintenant est très différente de celle des dernières années où la Guinée n’était presque représentée que par Alimou Sow et moi-même. A présent, je suis fier d’affirmer que nous avons une blogosphère plus bavarde, forte et engagée. Nous sommes désormais omniprésents sur les différentes plateformes de blogging, de micro-blogging à savoir Twitter et dans les grands réseaux tel que Mondoblog.

Cette rencontre fut donc une belle occasion pour notre réseau qui fédère actuellement 54 blogueurs répertoriés à travers la toile de tirer les leçons du passé - qui a connu des haut et des bas - pour préparer l’avenir ensemble. Ce travail collectif et citoyen a déjà commencé sur la toile. Le #TweetUp224 a d’ailleurs été sollicité par @Amadougonkou pour poursuivre cette collaboration dans un cadre physique. Étaient invités à l'évènement, les blogueurs, twittos, web-activistes et mêmes les curieux qui se trouvaient à Conakry à la date indiquée. J’avoue que ce tweetup a été un bon départ pour la dynamisation d’ablogui. Nous étions au total 9 participants sur 14 inscrits sur notre page événementiel.

Quels ont été les points de discussion ?

Nous avons retenu trois points de discussion : la mise en place d'un nouveau bureau pour donner de l’énergie à ablogui; l'organisation d'un blogcamp et la proposition de projet de couverture médiatique citoyenne des prochaines élections

- Sur le premier point, les intervenants se sont unanimement réjoui des différentes initiatives qui ont abouti à l'organisation de cette réunion fraternelle et réelle. Nous avons tous eu le plaisir de se voir physiquement et de se serrer les mains. Les différents intervenants ont soutenu la nécessite de poursuivre les efforts de mobilisation, de multiplier les rencontres du genre et de mettre en place dans le plus bref délai le bureau de notre association. Et comme le disait @witterlims, il était difficile pour nous de mettre un place une structure sans ses composantes.   
- Dès la création de la liste de diffusion entre les membres d’ablogui, l’organisation d’un blogcamp à été évoquée dans les échanges. Les compte rendus des démarches qui ont été menées pour l’organisation de cette formation ont été faits. Je pense que les participants ont été satisfaits des progrès réalisés. Si nous obtenons les soutiens nécessaires, le blogcamp sera organisé dans les semaines à venir.  

-  Aussi et surtout, le concept du projet GuinéeVote a été expliqué et proposé aux participants qui ont tous bien apprécié l’idée. Elle sera une plateforme de couverture médiatique citoyenne des élections en Guinée. Nous en donnerons plus de détails au moment opportun.

Les décisions :

@Amadougonkou et moi avons été désigné pour réviser les statuts et règlement d’ablogui pour les proposer aux membres afin de l’adopter. Ensuite, élire les membres du bureau.

Il a également été décidé qu’ablogui collabore avec la Plateforme des Citoyens Unis pour le Développement (PCUD), l’une des plus crédibles organisations de la société civile. Les modalités de cette collaboration doivent être clairement définies de manière à garder notre indépendance et notre liberté de ton.

Enfin, il a été convenu que la date du prochain #TweetUp224 sera fixée à l’issue des discussions dans le mailing list.

Alors, j’espère qu’on se verra au prochain tweetup!