08 avril 2015

La CESGUIT cherche du soutien pour l’organisation d’une journée culturelle Guinéenne à Tunis

La Communauté des Etudiants et Stagiaires Guinéens en Tunisie (CESGUIT) peine à réunir les moyens financiers pour organiser une journée culturelle. Certes, le budget est très modeste mais leur caisse est quasi vide. Qui pour les soutenir?   


Dans mon billet précèdent, je vous parlais des difficultés que traversent les étudiants Guinéens en Tunisie. Celui-ci est une autre illustration de leur abandon par l’Etat. En Tunisie, à la fin de chaque année universitaire, les étudiants étrangers - notamment ceux de l’Afrique sub saharienne- organisent une journée culturelle. C’est désormais une tradition. Cette journée permet à chaque communauté résidant en Tunisie, de se retrouver, de faire connaître leur culture à travers des danses et des expositions d’objet d’art.


Un événement à petit budget mais qui ne peut être financé par une caisse estudiantine  


La communauté Guinéenne souhaite organiser la onzième édition de leur événement ce 23 mai 2015. Cette date est devenue la hantise des étudiants. Privés de bourse, les poches sont vides et ils ne souhaitent pas non plus perdre la face devant leurs camarades venant d’autres pays. Ils ont minimisé leur budget à 2.500 euros. Les cotisations individuelles ont atteint leur limite. Ils ne peuvent donc pas compter sur leur caisse estudiantine pour financer cet événement qui devient un défi insurmontable. En dépit des difficultés, ils ne comptent pas y renoncer. C’est avant tout une question d’honneur, d’orgueil national.


Leur demande adressée à l’ambassade de Guinée en Algérie reste sans réponse


Diplomatiquement, la Tunisie est rattachée à l’ambassade de Guinée en Algérie. Les étudiants estiment d’ailleurs que cet éloignement est une forme d'abandon. La CESGUIT a adressé une demande à l'ambassade pour le financement de cette activité culturelle. A moins de 2 mois de l’événement, ils n'ont obtenu aucune réponse. Ils demandent, cette fois ci, au Ministère de la culture de leur venir en aide.


Je pense qu'une telle demande ne s'adresse pas qu'au Ministère de la culture. Tous les promoteurs culturels sont concernés. Aussi, l'aide des personnes de bonne volonté est vivement sollicitée.


Si vous voulez servir la culture Guinéenne, contactez moi via Twitter : @sanikayi ou envoyez moi un mail à kouyasfo@gmail.com. Ce sera un plaisir pour moi de vous mettre en contact avec la CESGUIT.

Réactions :