18 septembre 2009

Mission accomplie par le commandant Boh Moussa Keita, l'idéologue du CNDD.


L’idéologue du CNDD, c’est bien cet homme : le commandant Boh Moussa Keita. Ceux qui ont une petite notion du communisme peuvent aisément trouver des élément de comparaison établissant que cet homme joue dans le CNDD le rôle qu’a joué dans l’ombre un certain Jdanov durant le règne de Staline en URSS.

C’est cet homme, le Ministre secrétaire permanent du CNDD qui a planifié au fil du temps, la confusion politique qui prévaut actuellement dans ce pays. Il s’est toujours montré hostile aux forces vives de la nation (partis politiques, syndicats et société civiles). On se rappelle encore certaines de ses phrases machiavéliques telles que : « il ne sert à rien d’organiser les élections le lundi pour s’entendre à un coup d’état le mardi ». Mais aussi et surtout son discours prononcé dans la région natale du chef de la junte : N’zérékoré où il déclare « Dadis ou la mort » en faisant croire aux forestiers qu’on en veut à Dadis pour des raisons ethniques.

Je ne veux pas dire ici que c’est lui qui entraîne Dadis dans l’absurdité. Bien au contraire il a pour mission de mettre en pratique ce que celui-ci cache au fond de lui et qu’il a certainement peur d’extérioriser.

Il me semble cas même qu’il a réussi cette mission de diviser pour régner.
Le dialogue entre le CNDD et les forces vives est rompu car on leur prend pour adversaires.
C’est pour quoi Dadis n’exclut plus sa candidature aux prochaines élections contrairement à la neutralité qu’il devait observée.
L’opinion nationale est divisée par des manipulations. On se sert de petits groupes soudoyés pour exprimer la volonté de tout un peuple.

C’est pour moi la raison fondamentale du silence de l’idéologue du CNDD ces jours ci. Puisqu’il a fini d’installer la machine dont la maquette a été faite par Dadis. Maintenant, il se contente simplement d’appuyer les boutons pour la mettre en marche contre la démocratie et ses adeptes.

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire