27 mai 2009

Les taximen ont reussi à faire un pied de nez au Général Toto, Ministre de la sécurité et de la protection civile


Avec le CNDD il vaut mieux de ne pas engager de reformes. L’appréciation que le Président apporte aux problèmes varie de minutes en minutes et le plus souvent dans le sens non sollicité par la majorité de la population. S’il veut faire des omelettes sans casser d’œufs, l’on se demande alors quel acte osera-t-il poser avant de céder le pouvoir à ceux qui peuvent valablement diriger.


Après avoir décourager la commission d’audites dans l’affaire de l’usine de Fria en les accusant de vouloir procéder à des règlements de comptes, c’est le général Toto, son ministre de la sécurité et de la protection civile qui vient également de recevoir un carton jaune pour sa décision visant à réduire le nombre de passagers de six à quatre dans les taxis.
Cependant, si cette mesure suivait d’effets dans le transport urbain, il serait aisé de lutter efficacement contre les surcharges auxquelles se livrent impunément les syndicats et les transporteurs dans les transports interurbains. Mais hélas, le Président et son Premier ministre disent tous les deux que leurs pères étaient des chauffeurs donc qu’ils ne peuvent frustrer cette corporation.
Le Président Dadis n’a ni penser aux conditions dans lesquelles les passagers sont entassés dans les véhicules comme dans des boites de sardine ni aux accidents provoqués par les surcharges et qui tuent chaque année des centaines de guinéens sur nos routes nationales. Au contraire il a laissé place à ses propres sentiments et au laxisme.
Le camp Alpha devenant un lieu de refuge pour les réfractaires au changement, c’était l’occasion pour les taximen et leur syndicat de rencontrer le Président pour faire un pied de
nez à Toto et ils l’ont réussi.

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire