26 juin 2009

Transition en Guinée: faut-il reporter les élections?


Pour celui qui accorde la moindre attention à l’évolution de la situation politique et sociale dans notre pays, la réponse à cette question sera sans doute Non comme le disait le peuple de guinée lors du référendum du 28 septembre 1958.

Le calendrier qui limite la durée de la transition au mois de décembre 2009 est bien réaliste. Le problème est qu’il souffre d’un manque de volonté total du CNDD. Le Président Dadis ne fait que jurer pour réaffirmer sa volonté de respecter son engagement croyant que ce sont ces mots qui feront pleuvoir de l’argent pour inonder les caisses arides de l’Etat.

Mais au fait, quel acte a-t-il posé pouvant lui permettre de respecter le chronogramme au quel il se déclare être fidèle ?
A t-il mis le Conseil National de la Transition en place ? Où on en est pour l’enrôlement des électeurs?

Au lieu de chercher à résoudre ces problèmes dont seul lui il a la solution, il multiplie les manœuvres dilatoires dans l’ombre et menace le pays de guerre civile. Pour lui-même si le CNDD organise les élections libres et transparentes, la guinée va s’enflammer, elle va se diviser en quatre et ce sera le chao disait-il.

Quant à moi, j’entrevois à travers ces différentes déclaration, sa volonté de créer après lui, une situation ingérable pourvue que les guinéens le regrettent et souhaitent son retour ;
Hélas ! Ce peuple n’est pas condamné à être nostalgique du passé.
Je lui demande donc de revenir à de meilleures volontés s’il veut rentrer positivement dans l’histoire.

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire