09 mars 2010

Guinée50 s'associe à la célébration de la journée mondiale contre la cyber-censure. Et vous?

Le 12 mars 2010, Reporters sans frontières célébrera la Journée mondiale contre la cyber-censure. Cette journée est destinée à mobiliser chacun d’entre nous en soutien à un seul Internet, libre et accessible à tous. Et de rappeler qu’en créant de nouveaux espaces d’échanges d’idées et d’informations, le Net est aussi un vecteur de libertés. Cependant, de plus en plus de gouvernements l’ont compris et réagissent en tentant de contrôler la Toile.

À cette occasion, Reporters sans frontières publiera sa nouvelle liste des "Ennemis d’Internet". Ce rapport montre du doigt les principaux pays qui restreignent l’accès de leurs citoyens à Internet, et harcèlent les net-citoyens, de l’Iran à la Chine en passant par l’Arabie saoudite, le Viêt-nam ou la Tunisie. Une liste de pays "sous surveillance", dont l’attitude vis-à-vis du Net suscite une certaine inquiétude, sera également rendue publique.

À la veille de la Journée mondiale contre la cyber-censure, Reporters sans frontières décernera, le 11 mars 2010 à 19 heures, le premier "Prix du Net-citoyen" avec le soutien de Google. Ce prix récompensera un internaute, blogueur ou cyberdissident qui s’est illustré par ses activités de défense de la liberté d’expression sur le Net. La cérémonie se tiendra dans les locaux de Google France, à Paris.

Enfin, Reporters sans frontières a conçu un pictogramme afin de symboliser la défense de la liberté d’expression sur Internet. Le dessin représente une souris d’ordinateur se libérant de ses chaînes. Ce picto est téléchargeable gratuitement et disponible en plusieurs couleurs afin de pouvoir s’intégrer en un clic. Vous souhaitez manifester votre soutien à la Journée mondiale contre la cyber-censure ? Vous désirez défendre un Internet libre et accessible à tous ? N’hésitez pas à télécharger le pictogramme pour l’afficher sur votre site internet, votre blog ou en signature de vos messages électroniques.

Réactions :

2 commentaires:

  1. Dans son discours d'ouverture de la 5ème Conférence des blogueurs chinois qui a eu lieu en novembre dernier, M. Hu Yong, le principal orateur de la conférence, cité dans un article que j'ai traduit pour GlobalVoicesonline, a traité du micro-pouvoir que constitue l'action de chacun de nous pour défendre la liberté de manifester et d'exprimer son idée.

    M. Hu Yong définit le micro-pouvoir en donnant une large explication dont je reproduis une partie ici:

    Le mot micro peut aussi se rapporter à la micro-politique quotidienne. Nous avons les micro et les macro politiques. L'écrivain hongrois Gyorgy Konrad a écrit en 1982 un livre intitulé “Antipolitics” (Antipolitique). Le livre traite de nombreuses idées qui ont été développées par d'autres. Des idées comme “la politique des anti-politiques”, “le pouvoir des sans-pouvoirs, “l'originalité des citoyens” sont les concepts favoris de Václav Havel. Quand le pouvoir de l'autoritarisme est omniprésent, sa fin doit arriver par la réalisation de l'autonomie du peuple qui débute dans la vie quotidienne. Quand le système autoritaire envahit le domaine de la vie du peuple, les actes quotidiens de la population peuvent aussi résister contre ce contrôle. Cui Weiping, le traducteur des oeuvres Vaclav Havel fait remarquer que “la politique des anti-politiques” ce n'est pas le combat pour la conquête du pouvoir, ce n'est pas l'élaboration d'un programme d'activités en remplacement d'un autre programme. Ce n'est pas non plus une tentative de résoudre des problèmes par des voies politiques (remplacer des leaders ou une équipe au pouvoir). D'un autre côté, “l'anti-politique” opère au niveau de la vie quotidienne. En d'autres termes, c'est l'autonomie d'un individu. C'est pourquoi, quand nous traitons du développement de la sphère publique d'Internet, nous devons souligner “l'originalité du citoyen”. Chaque individu peut prendre l'initiative partout où il le souhaite. C'est ainsi que j'entends le micro-pouvoir.

    Ce micro-pouvoir est entre les mains de chacun de nous. Chaque régime autoritaire ne reve que de le controler, sinon de le détruire.

    Nous devons donc nous battre pour que notre micro-pouvoir ne tombe pas sous les griffes des prédateurs de la liberté. Ce combat ne doit pas viser que notre liberté personnelle, mais celle de chaque personne sur cette terre.


    Pour lire l'article entier:
    http://fr.globalvoicesonline.org/2009/11/15/23440/

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire est de abkodo2@yahoo.fr (Abdoulaye Bah) de Rome

    RépondreSupprimer