14 janvier 2010

Dadis viendra, ne viendra pas


Le 28 septembre, lorsque le peuple sortit le carton jaune contre le terrible capitaine, il traduisit ses dérives en infamie. Alors pourquoi ne pas lui donner le carton rouge pour continuer le match ?

Qu’on l’amène en Guinée ou que l’on prolonge indéfiniment son exile en attendant –bien sûr- que la CPI décide de son sort, le plus sacré pour nous c’est que le vaillant peuple de Guinée est mûr et reste déterminé à inculqué dans la tête de tout petit groupe de démagogues qui s’oppose à sa volonté que le destin d’une nation n’est pas inhérent à la vie d’un individu.

Le mouvement sans conviction qui se plait dans la dictature doit fermer son bec.
Votre sympathie est sans vergogne. Si vous avez oublié je vous rappelle que votre chef souffre à son tour de la même cruauté que celle dont il a fait subir des centaines d’innocents qui sont eux aussi à l’hopital Donka.

Vous avez peur de la démocratie pour la simple raison que vous n'aurez aucun talent à vendre dans une nation débarrassée de la démagogie et du chantage.

Ce vent qui répugnera les pyromanes soufflera contre votre gré.

Réactions :

2 commentaires:

  1. Tu as tout dit WALLAHI. Qu'il revienne ou pas, le peuple de guinée a deja pris sa decision, aller aux election le 27 juin 2010.
    Mais comme il est guineen comme moi, apres qu'il aura fini avec le CPI , il pourra toujours revenir en guinee en 2050 et se presenter comme candidat pour le kibanyi, rien et personne ne l'en empechera.
    En tout ca pour cette fois ci, le trop tard a joué on role.

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez raison,pourvu que les elections se passent sans confusion dans les esprits

    RépondreSupprimer