30 octobre 2010

Ne laissons pas nos compatriotes mal intentionnés brûler notre pays!

Je condamne tout d’abord les violences  survenues dans notre pays ces derniers temps, souhaite un prompt rétablissement à toutes les victimes et  présente mes sincères  condoléances  aux familles des disparus.
Je souhaite que les auteurs et  commanditaires de ces violences  soient identifiés et punis de façon proportionnée et dissuasive!

Chers compatriotes,


Levons-nous pour sauver notre pays avant que certains  compatriotes mal intentionnés activent le feu qui couve.

Face au laxisme des autorités guinéennes actuelles, exigeons la tenue effective de l’élection présidentielle le
7 novembre 2010, date prévue à cet effet après de plusieurs  reports.

Mobilisons-nous massivement pour choisir,  au-delà  des différences de programme, la personnalité la plus apte à présider aux destinées de notre pays et à répondre aux préoccupations de tous les Guinéens sans exception.

Choisir  celui  qui a une bonne moralité et qui s’est inscrit dans l’action et la responsabilité, qui a une vision à long terme  et non celui qui entretient l’illusion.

Ce qui se passe actuellement dans notre pays dépasse l’entendement et  cette situation profite à certains  intellectuels guinéens  vivant  pour la plupart  à l’extérieur qui pensent détenir à eux seuls  toutes les solutions aux nombreux défis à relever.

Ces pseudos intellectuels au lieu de sensibiliser les extrémistes de tous bords, s’attellent:

• à  manipuler les analphabètes qui prennent d’assaut les radios dans le but non pas de tenir  des débats constructifs en vue apporter leurs contributions à l’édification de notre société mais pour agresser verbalement toute  personne qui n’a  pas le même point de vue qu’eux ;

• à inciter à la haine et la violence à travers leurs propos et comportements irresponsables ;

• à donner  une mauvaise image de chère Guinée;

• à harceler et menacer de mort toute personne  voyant les choses autrement.

Chers compatriotes,

Il est de notre devoir de bâtir  notre société et personne d’autre ne viendra le faire à notre place.

L’église de Conakry « Reconnaissons en chaque guinéen, dans la diversité des ethnies, des langues, des régions et religions, une pierre vivante indispensable à la construction harmonieuse de la Guinée. Dieu nous a donné cette terre en partage, prenons-en soin, ne la défigurons pas par la haine, la vengeance, la jalousie, l’orgueil, la cupidité, le mensonge, etc. Purifions nos cœurs, comme à l’entrée d’une mosquée et au début de nos célébrations à l’Eglise, pour entrer réconciliés avec nos frères et avec Dieu, dans le deuxième tour du scrutin présidentiel. Réconcilions-nous maintenant. Il est temps de nous ressaisir » Fin

Cultivons la paix sans laquelle, aucun décollage ne sera possible et "Ensemble tout devient  possible".
Que « Dieu » sauve notre pays

Paris, le 30 octobre 2010

Marie José YOMBOUNO
Présidente de l’AGFDH
http://www.agfdh.orgfrance/

Réactions :