28 février 2010

Bravo! Le débat est clos. La diaspora guinéenne participera aux prochaines élections: Vive les reports!

La diaspora guinéenne et les politiciens sont aux anges. Quelle prouesse ! Ils ont pesé de tout leur poids pour que soit maintenue, au mépris total de l’impatience et de la souffrance du peuple, la décision qui nous enfermera dans une transition cyclique.

Peu importe les conséquences, les guinéens où qu’ils soient sur le globe terrestre, ils ont les mêmes droits et devoirs civiques que ceux vivant à l’intérieur du pays. Nous avons les mêmes préoccupations, les mêmes aspirations et chacun veut et peut apporter sa pierre de loin ou de près, à la construction d’un Etat démocratique.
Pour ce faire, mêmes le guinéen de l’Afghanistan et celui de l'Oodaaq participeront aux prochaines élections.
 Car, ceux vivant sur l’ensemble du territoire guinéens ne sont pas représentatifs du peuple dans sa majorité écrasante. Donc, la voix de la diaspora est dans l’absolu, la seule garantie de l’acceptation pour tous, des résultats des élections crédibles et transparentes.

Bravo à ces patriotes qui ont fait prévaloir leur droit à ce vote sur l’impatience et le cri du peuple à sortir au plus vite, du stress politique afin de reconquérir la paix.

Vive les reports ! Car, il est pratiquement impossible ne ce reste qu’illusoire, de sillonner le monde en un clin d’œil pour recenser tous les guinéens afin qu’ils participent aux élections que nous voulons et qui doivent se tenir tout de suite. Ils ont déjà oublié que cette armée est imprévisible, que nous avons une armée volcanique. Qu’ils y a des gens qui s’emploient à défaire la nuit ce que nous faisons le jour.

Soyons réalistes en renonçant à toutes les démarches réunissant les conditions de reports et des reports. Que la diaspora comprenne que leur exclusion n’est ni une négation de leur droit ni de leur importance mais une nécessité pour éviter que la transition soit remise sur une peau de banane. Qu’elle sache que nous devons aller à ces élections à la même vitesse qu’un lapin qui a le chien à ses trousses. Dans le cas contraire elle doit endosser avec les politiciens dont les désirs sont insatiables et qui refusent de leur expliquer la réalité des choses, la responsabilité de tout ce qui adviendra : le pire.

Ces politiciens doivent d’ailleurs s’atteler au contraire à la résolution des problèmes ne pouvant pas, à l’interne, nous rendre ces élections libres, transparentes et crédibles. Je pense par exemple à la propreté et à la fiabilité des listes électorales. Non pas dans le sens ivoirien du terme, mais – si l’opinion publique l’ignore encore- je veux dénoncer la mobilisation des mineurs par ces mêmes politiciens pour gonfler les listes. Oui, j’en suis témoin oculaire. Les élèves, les tous petits(les mineurs) ont été massivement enrôlés par la complicité des directeurs de certaines écoles privées.

J’attire donc l’attention de la commission électorale, des leaders d’opinions ainsi que des partis politiques qui avancent à l’aveuglette, sur ces intrigues de leurs rivaux. Si c’est votre première nouvelle, contactez- moi et je vous donnerai des pistes.

Réactions :

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis tout à fait d'accord avec vous. Ce sera sans doute la plus mauvaise décision que Sekou ait pris depuis qu'il est devenu le Presi de cette transition. Il est pratiquement impossible, au risque de tout compromettre, de recenser les guinéens de la diaspora en si peu de temps. je pense que vous ne m'avez pas lu jusqu'au bout. je suis contre cette décision irréaliste qui nous plongera dans un cycle de reports.

    RépondreSupprimer