29 septembre 2010

Lettre ouverte aux deux candidats: El Hadji Cellou Dalein DIALLO et au Professeur Alpha CONDE.

Marie José Yombouno
Sauvez notre pays en vous mettant autour d’une même table en frères, adversaires politiques mais pas ennemis en vue de sortir notre pays de l’ornière, retournez-vous une seconde pour comprendre la souffrance de cette population avec son corolaire : Pauvreté grandissante,  dégradation du tissu social, montée en flèche de l’ethnocentrisme, du régionalisme,  de l’insécurité et une jeunesse abandonnée à son sort.

Prouvez-nous que vous êtes des leaders responsables, capables de transcender tous les clivages ethniques et  régionalistes,  prêts à relever les défis qui sont nombreux et urgents. Est-ce qu’il faut vous appeler opposants et à quoi ? Face à votre laxisme, pour moi un opposant est le contre-pouvoir du régime contesté donc en place, il doit dénoncer les excès et les dérives de ce pouvoir.

En observant la situation sociopolitique de notre pays, j’ai l’impression que tout le monde est complice de la mal gouvernance : les nominations aux postes de responsabilités centrés sur des rapports affectifs ou clientélistes et non aux mérites, les sorties d’argent injustifiées, intimidations ou autres. Quel malheur pour notre pauvre mère « la Guinée » !

Excusez-moi, pour le ton un peu dur mais en tant que jeune sœur à vous, je me le permets car nous n’allons pas bâtir notre démocratie sur la base du mensonge.
Monsieur le Président de la transition, a récemment  confié à un journaliste au Mali être prêt à signer le décret relatif à la date du 2ème scrutin dès que (la commission électorale  nationale indépendant) CENI  lui en proposait une très rapidement.
Seulement voilà,Comment  voulez-vous que cette  CENI qui vient d’élire le 21 septembre 2010, un nouveau président à la tête de son institution, pour  combler le vide et ne pas paralyser son fonctionnement normal surtout en cette période électorale suite à la disparition de son précédent dirigeant,  Monsieur Benn Sékou SYLLA,  « Paix à son âme » puisse proposer une date lorsqu’on invente une crise en son sein prétextant que le nouvel élu est issu d’un parti politique ? Est-ce qu’une distraction pour nous détourner de l’essentiel ?

A ce que je sache, la CENI est dotée d’une personnalité juridique et de l’autonomie financière ce qui dénote son caractère totalement indépendant, elle est composée actuellement de 23 membres dont :
10 membres issus du pouvoir en place à l’époque de sa création, le (parti de l’unité et du progrès) PUP qui constituait la majorité ;10 membres issus de l’opposition ;2 membres issus du ministère chargé de l’aménagement du territoire ;1 membre issu de la société civile.

C’est ce dernier en la personne de Monsieur Louncecy CAMARA,  considéré comme personne  neutre qui a été plébiscité par ses collaborateurs avec  17 voix sur 18 présents. Alors, qui veut donc maintenir notre pays dans cette impasse ?
1.       Est-ce le Président de la transition ?  Qui contrairement à ses discours officiels pour montrer à l’oppinion nationale et internationale  qu’il est pressé de quitter le pouvoir alors que les actes qu’il pose sont contraires, fuyant  ainsi ses responsabilités et  imputant comme a l’accoutumé la faute aux autres ? Il n’est jamais responsable de rien notre cher Président, autant qu’à faire se peut, nous sommes peut être des moutons pour ne pas savoir lire entre les lignes ou comprendre le contour d’un discours?
Lisez un des paragraphes  de l’interview que Monsieur Sékouba KONATE a  accordée ce matin à RFI :
 « Moi je ne comprends rien à la politique, je laisse tout ça à Tibou Kamara, le secrétaire général de la présidence que je viens de nommer ministre d’Etat » fin. Trop facile non ?
2.       Est-ce El Hadji Cellou Dalein DIALLO et alliés? Qui contestent  l’actuel président de la CENI sorti d’un vote en invoquant son appartenance au RPG sans en apporter les preuves ;
3.       Ou le professeur Alpha CONDE et ses alliés ? Qui exigent que les disfonctionnements du premier tour soient corrigés avant d’aller au 2ème scrutin afin de garantir la transparence et et bien entendu, un autre contentieux électoral.

Je rappelle que le premier tour de l’élection présidentielle organisé le 27 juin 2010 a été entaché d’irrégularités et de fraudes massives alors que les Guinéens vivants tant à l’intérieur qu’à l’extérieur s’étaient massivement et librement mobilisés pour le changement. Non mes chers frères, ne contribuez pas à la prise en otage de la Guinée, ne cautionnez pas  la violence, cultivez la paix en éduquant et sensibilisant vos militants et sympathisants respectifs pour ne pas activer le feu qui couve. Car une véritable démocratie repose sur un consensus en privilégiant l’intérêt national sur les ambitions personnelles.

 Dites-vous bien que ce sont tous les guinéens qui sont détenteurs du pouvoir que nous allons à travers les urnes confié pour  (cinq) 5 ans à l’un d’entre vous. De ce fait, nous avons besoin d’un président  qui va s’en servir pour le peuple et non celui qui va se servir de ce  peuple pour le pouvoir.
Le monde entier vous observe !
Chers frères candidats,
Comment comptez-vous présider aux destinées de notre pays si vous ne dialoguez  pas ? Comment allez-vous endiguer l’ethnocentrisme, le régionalisme si vous ne donnez pas le bon exemple à travers les actes concrets et pas les mots ?
Quel type d’Etat de droit comptez-vous instaurer en Guinée ? Si  vous interférez dans l’organisation d’une institution indépendante dont le fonctionnement est régi par ses propres règles ?
Puisque nous avons tous vu à la (télévision nationale guinéenne)  RTG, les documents suivants :
        • une copie de la Fiche de présence de la plénière du 21 septembre 2010 ;
        • une copie du Procès verbal de l’élection de M. Lousény Camara, au poste de Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ;
        • une copie de la liste des votants lors de cette élection, le 21 septembre 2010.
Dans l’espoir que le cri de cœur de  la majorité à travers ma voix sera entendu, je souhaite bonne chance à chacun de vous, que celui qui est animé d’une bonne intention pour  le peuple guinéen gagne. Amen !
Vive l’unité guinéenne !

Que « Dieu » sauve la Guinée. Amen !
Paris, le 29 septembre 2010
Marie José YOMBOUNO
Présidente de l’AGFDH
http://www.agfdh.org/
France

Réactions :