26 juillet 2010

l'analyse de Keita Abdoulaye: l'heure est aux alliances

Keita Abdoulaye

Tout le monde sait bien que le premier tour des élections a été une mascarade électorale avec des résultats qui furent boycottés sur la base de calculs d'intérêt à des fins individualistes. Si le jugement porté sur ce premier tour a été un vote ethnique quand on jette une observation sur l'UFDG , parti à connotation purement ethnique et un peu moins le RPG à cause du partage de l'électorat entre de gros morceaux qui firent leur apparition , il n'est pas sans douter que la même scène se répétera encore car les données du jeu ont changé . L'heure s'avère être aux alliances sur la base des intérêts qui sont le mobile des actions plus particulièrement en politique. Les partis ayant échoué au premier tour ne seront pas considèrés comme des perdants mais plutôt de vrais gagnants à cause du simple fait qu'ils seront faiseurs de roi. 



Mais derrière tout cet amusement faudrait il toujours ignorer le caractère ethnique de ce pays qui est bien loin de disparaitre de si tôt a cause de certains faits qui transcendent l'histoire proche et lointaine ? Faudrait-il minimiser leur influence de nos jours quand on sait que la population guinéenne est majoritairement analphabète, donc ne pouvant se prononcer que sur un vote ethnique dans la généralité des cas au lieu de s'en tenir au programme du parti qui serait en harmonie avec les aspirations du peuple guinéen ? En tout cas, ce qui reste clair et certain de grandes choses nous attendent dans ce deuxième tour qui est l'ultime phase pour accéder à la nouvelle ère républicaine pour laquelle tous, nous demeurons à l’expectative. La Guinée a tant souffert pour mériter un mauvais autre président qui l'enfoncera encore dans le gouffre du désespoir. Dès lors, analysons bien les choses suivant des paramètres déterminants pour ressortir des raisons valables quand a l'élection de notre candidat.


Cellou est sans nul doute l'incarnation d'un régime corrompu qui est responsable de la pérennisation de notre souffrance. Malgré son expérience administrative, il est clair sans se voiler la place qu'il est corrompu et ne représente malheureusement pas le meilleur échantillon pour une Guinée qui aspire au bonheur jusqu'a preuve de contraire. Quand a Alpha, bien qu'ayant jamais été mêlé a la gestion de ce pays pour des raisons confirmées par son passe politique, il reste une figure très controversée par rapport a son expérience administrative car n'ayant pas un carnet d'adresse digne de présider un pays mais aussi a cause de l'affichage de ses intentions que l'on juge même si on peut l'apprécie de façon abstraite .

Qui de ces deux moins aimés, la Guinée va t-elle choisir pour sortir enfin de l'impasse ? Devant deux maux, forcement il faut choisir le moins mauvais au lieu de s'abstenir de choisir comme le prétendraient certains pour ne point être responsable demain pour avoir contribuer éventuellement au retard de la Guinée. Nous, nous disons que c'est bien une obligation citoyenne de voter car qui ne risque rien ne perd rien.

Réactions :