27 juillet 2010

Mamadou Tandja pleurniche sur un sort bien mérité.

Mamadou Tandja, ex Président du Niger

Est-ce que vous vous rappelez de Mamadou Tandja ? Oui, c’est bien lui. C’est cet homme démocratiquement élu mais qui, drogué par le pouvoir,  a tripatouillé la constitution du Niger  pour s’arroger un bonus constitutionnel au nom d’un peuple qui était pourtant dans la rue pour le contester.  Ironie du sort  ce vieux qui a défrayé la chronique tout au long de l’année 2009 avec son projet de la 5e République et qui a finalement été renversé par une junte militaire avant de se retrouver en résidence surveillée,  demande la clémence du nouveau pouvoir.

C’est vraiment incroyable que le même Mamadou Tandja qui a longtemps fait la sourde oreille en dépit  de l’opposition catégorique de toutes institutions nigériennes, du cri incessant de son peuple ainsi que le ballet diplomatique entrepris par la CEDEAO pour l’aider à sortir par la grande porte, pleurniche aujourd’hui sur un sort qu’il a bien mérité. Puisque qu'il ne signe plus de décrets, il signe désormais des lettres pour solliciter la générosité d'un pouvoir dont il a usé pour sortir du cadre constitutionnel en s'attirant ainsi tous les malheurs du monde. Il nous dit qu'il est malade, que dirait-il s'il réussissait à confisquer le pouvoir?

Alors, puisque les coups d’Etat militaires avortés sont qualifiés de Haute Trahison, les auteurs arrêtés, jugés et condamnés à la hauteur de leur forfaiture, aussi, les auteurs de coups d’Etat constitutionnels dont Tandja qui en est une parfaite illustration, doit être traité comme tel sans pitié pour qu'il serve d’exemple à ceux qui, se croyant indispensables, mijotent le même complot contre leur peuple. Cela y va dans l’intérêt supérieur de nos Etats africains en quête de la démocratie et de sa stabilité. 

Réactions :