18 mai 2010

Evitons les erreurs du malheureux passé

Voici que les campagnes électorales sont enfin parties provoquant l'allégresse de l'ensemble de la population qui aspire pour une première fois participer à une élection démocratique dans la transparence, l'équité et l’inclusion. La Guinée a certes échoue depuis 50 ans dans son processus de démocratisation à cause de plusieurs raisons parmi lesquelles celle ethnique qui doit faire l'objet d'une attention méticuleuse.
Nous avons tous choisi le changement dans le but de retrouver idylliquement une nouvelle ère qui annoncera à son aurore l'avènement de la vraie démocratie et du départ de notre essor économique. Mais sans être attentif sur un élément clé, au lieu de voir réaliser ce pour quoi nous demeurons à l’expectative, nous risquerons encore de nous enfoncer plus profondément dans le gouffre de l’incertitude, emprisonnés dans un cercle plus vicieux que le précédant. Ce faisant il est grand temps d'incarner ce que l'on appelle en politique le nationalisme , notamment celui guinéen qui soutient que notre pays est une seule famille avec ses filles et fils unis par le destin .Il est grand temps d'abdiquer certaines discussions notoires , idées lugubres et dangereuses liées a l'appartenance ethnique afin de renforcer notre tissu social et nous engager résolument et énergiquement à atteindre le changement tant escompté. Le changement, oui on le crie avec véhémence !!!!! Changement, changement ! !!

Mais sachons que ce mot est bien beau a prononcer, cependant très difficile a réaliser. Ainsi sa réalisation exige que nous soyons sincères, que nous nous aimions sereinement, que nous acceptions d'être en désaccord sur notre désunion, dès lors la reforme sera facilitée grâce au changement de mentalité qui établira une atmosphère de paix et d’amour. Chez les humains, tout part du mental, donc changeons notre dispositif psychologique vis a vis de nous-mêmes car étant mieux placés pour reconnaitre nos sujets de divergences afin de remédier à leur correction.

Halte a toute campagne ethnocentriste qui n'aura comme conséquences que la haine, la méfiance, la pérennisation de l’ethnocentrisme, un choix émotionnel au lieu d'être rationnel. Alors vraiment il est tant de s'éloigner de ces entraves pour se réaliser et réaliser notre bonheur.... QUI SONT DONC PARMI MES CHERS SOEURS ET FRERES GUINENNS CEUX QUI EPOUSENT CETTE THEORIE DE CHANGEMENT??????????????? En tout cas pour bientôt les élections, il est temps d'être rationnel...

Par Keita Abdoulaye

Réactions :

1 commentaire:

  1. L'enjeux des élections ne dépend pas seulement de la volonté populaire, mais surtout de la capacité des dirigeants politiques de respecter les règles du jeu.

    Il est intéressant de remarquer que dans un sondage effectué parlejourguinee.com parmi ses lecteurs sur 4201 réponses Cellou Dallein Diallo arrive en tete, pour les intentions de votes, ce qui n'est pas surprenant, son parti étant celui dans lequel se reconnaissent de nombreux Peulhs, ethnie qui constitue 40 pour cent de la population. Ce qui est plus surprenant c'est que Sidya Touré qui provient d'une petite ethnie, les Diakanké, qui n'est même pas citée lorsque l'on lit les statistiques sur les composantes de la population de notre pays. Un tel sondage n'a naturellement rien de significatif au niveau national, mais au moins les résultats démontrent que pour beaucoup de guinéens le facteur ethnique est secondaire dans le choix de leur candidat.

    RépondreSupprimer