17 mai 2010

URGENT! L'internet: la Guinée dans le navire d'une guerre civile?

Ces dernières semaines, nous nous sommes évertués à attirer l'attention des personnes qui sont dignes d'être guinéen sur ce que les guinéens préparent contre eux mêmes. Mais nous avons l'impression de prêcher dans le désert. Alors nous n'avons plus d'autre choix que de vous livrer quelques articles incendiaires qui circulent sous forme de trac ou sur des sites guinéens censés informer vous les guinéens. Soit vous réagissez à ces virus pour sauver la Guinée ou vous les laissez exécuter leur plan macabre. Pour notre part, avec ces propos que vous devez lire -en tout cas si vous êtes dignes d'être guinéen-, chacun de nous sera responsable de ce qui adviendra si jamais personne ne réagit à temps










Posté le 14  May, 2010 @ 19h45
Mis à jour le 14 May, 2010 @ 19h48
© Que Dieu sauve la Guinée des intentions maléfiques du trio Alpha-Blaise-Konaté.

(Tamsirnews.com14/05/2010)

Les machinations du duo Alpha Condé et Konaté à l’encontre de « l’ami » de ce dernier s’est déroulé comme dans une pièce de théâtre.

Acte 1 : En attendant la mort du Général

Pour avoir longtemps lutté, Alpha Condé sait pertinemment que le chemin du pouvoir passe par l’armée. En conséquence, il a toujours eu des hommes sûrs au sein de l’armée. En décembre 2008, tout le monde savait que Conté était à l’agoni. Le diagnostic des médecins était sans appel. Les jours du Général étaient comptés.

Informé par ses partisans au sein de l’armée, Alpha Condé rentre illico à Conakry pour préparer la suite des évènements. Il a dans ses valises des agents burkinabés et une déclaration de prise du pouvoir pour faciliter la tâche à ses amis. Tout était prêt pour la prise du pouvoir par Sékouba Konaté qui devrait le rendre à Alpha Condé après une transition très courte.

Mais après une évaluation de la situation, Alpha et ses partisans ont changé de tactique. Le changement était notamment dicté par la détermination des petits soldats à soutenir Dadis.

En plus, le clan Alpha avait peur de la réaction des partisans de Conté notamment la garde présidentielle même s’ils ont réussi à corrompre Fodéba Touré qui a lâché ses hommes contre des miettes. Et puis mieux vaut se faire élire par le représentant d’une autre ethnie. Ils ont alors fait semblant de soutenir le Général Toto Camara.

Mais au fait, ils travaillaient pour porter Dadis à la tête de la junte. Car pour eux, Dadis est homme léger, sans expérience, à la formation sommaire donc manipulable à souhait et puis c’est un homme très sincère en amitié.

Donc, il restera fidèle à Sékouba quoi qu’il arrive. C’est ainsi que le trio Dadis-Toto-Konaté a vu le jour. Mais au fait, Toto n’est qu’un complément d’effectif qu’il fallait liquider rapidement. Il est là pour ne pas que le CNDD soit perçu comme un mouvement anti-soussou. Il ne fallait pas prendre des risques inutiles surtout pour ce départ.

L’élection d’Alpha Condé était en bonne marche. L’espoir de son concurrent au sein de l’armée en l’occurrence Sidya Touré ne reposait que sur Toto qui lui-même n’était qu’un complément d’effectif.

Pour faire face à l’autre menace, Cellou Dalein, Alpha et Konaté ont poussé Dadis dès le départ à l’anéantir par audits et intimidations interposés. La voie était libre pour le sacre du vieux renard de la politique guinéenne.

Acte 2 : Le réveil du gaou et les solutions extrêmes.

Mais voilà que le forestier qui était considéré comme un moins que rien commence à prendre le goût du pouvoir. Et puis, des individus comme Moussa Keita qui ont des comptes à régler avec le leader du RPG ont entrepris de tout mettre dans l’eau.

Dadis veut rester au pouvoir. Il n’est pas question pour le duo Konaté-Alpha. Mais, ils ne peuvent plus prendre le risque de l’affronter ouvertement. Dadis a renforcé sa garde rapproché avec des centaines d’hommes très fidèles. Il tient l’armée où il a placé ses hommes au niveau des postes stratégiques. Un coup de force est suicidaire.

Préoccupé à amasser le maximum d’argent, caractéristique de tout homme qui a du sang libanais, Konaté ne s’est rendu compte que très tardivement que Dadis est désormais le maître absolu au sein de l’armée. L’homme fort d’hier est devenu totalement impuissant.

Alpha Condé se retourne vers ses burkinabés et ses réseaux français. Il faut organiser quelque chose assez rapidement. Dadis n’est pas Conté. Pas question de lui laisser le temps de se renforcer. Des agents sont envoyés à Conakry pour évaluer la situation.

Ceux-ci repartent avec quatre propositions :

1)- Coup de force au Camp Alpha Yaya au cours d’une réunion extraordinaire du CNDD.

Pour cela, il faut profiter du changement de la sentinelle pour placer des hommes sûrs et surtout il faut un alibi pour convoquer une réunion d’urgence. Les rangers américains et chinois devraient être convoyaient à Conakry nuitamment. Un gaz toxique devrait être utilisé pour endormir les partisans de Dadis lors du coup de force ;

2)- Assassinat de Dadis par un tireur d’élite lors de ses déplacements ;

3)- Empoissonnement de Dadis au moyen d’une boisson spécialement préparée à l’usine (méthode utilisée pour éliminer Sani Abacha) ;

4)- Explosion d’une voiture piégée placée sous l’immeuble qui abrite ses bureaux et son logement.
À la vue de ses propositions, les services burkinabés et les réseaux français d’Alpha Condé optent pour la première. Mais il fallait régler un détail celui de l’alibi. C’est dans ce cadre que l’ambassadeur du Ghana a été attaqué par des hommes armés à Touyah, à quelques mètres du domicile de Konaté. Tout était prêt pour l’opération mais Dadis n’a pas voulu convoquer une réunion des membres du CNDD. Les forces de l’opération sont restées en e pendant quelques jours et puis rien.

Acte 3 : L’exil médical forcé et prison

C’est alors que l’idée des massacres a germé. Il faut rendre Dadis infréquentable. Les rebelles ivoiriens ont été mis à contribution. Sékou Damaté Koné a ainsi passé un mois à Conakry pour préparer les hostilités du 28 septembre. Il s’est fait passé pour être un ami de Dadis. Celui-ci a naïvement cru à cette amitié. Konaté et ses hommes ont poussé Dadis à l’irréparable sous l’influence bien sûr d’Alpha Condé et de ses réseaux.

Le jour des massacres, Konaté a pris ses dispositions pour être loin de Conakry. Au retour, il a même simulé une panne de son hélico pour rentrer le plus tardivement que possible.

Quant à Alpha, il a pris ses dispositions en restant à l’extérieur et en encourageant ses compagnons à aller à l’abattoir. Tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins.

Après les massacres, ils ont d’abord voulu user de Pivi pour anéantir Toumba. Mais celui-ci n’a pas semblé être à la hauteur.

Alors pourquoi pas Toumba lui-même ?

Pour réussir à récupérer Toumba ils ont convaincu Dadis qu’il faut sacrifier son aide de camp s’il veut s’en sortir.

Dadis a naïvement marché dans la combine. Toumba a été informé que son patron avait décidé de porter toute la responsabilité des massacres du 28 septembre sur lui. On connaît la suite. Toumba devait tirer sur Dadis sans le tuer.

L’essentiel est qu’il soit paralysé à jamais et surtout envoyé à l’extérieur pour des soins. Arrivé à l’extérieur, les amis d’Alpha et la communauté internationale s’occupent du reste. L’avion de Blaise était prêt à l’avance pour récupérer Dadis et l’envoyer au Maroc.

Tout a été coordonné depuis Ouagadou par les amis d’Alpha.

Acte 4 : Le sacre attendu sur fond de festin minier

Aujourd’hui, Dadis est un prisonnier dans les mains des amis d’Alpha Condé à Ouagadougou. L’élection d’Alpha Condé n’est qu’une formalité pour le bonheur des réseaux français et burkinabés.

Il faut savoir que la mafia française et burkinabé a dépensé des fortunes pour qu’Alpha soit porté à la tête de la Guinée. Il faut bien qu’ils rentrent dans leurs fonds.

Le seul moyen est l’élection d’Alpha Condé au cours d’une parodie électorale. Tout est prêt pour le triomphe du burkinabé d’origine le 27 juin prochain. À partir de cette date, la Guinée sera comme un festin envahie par une meute de vautours. Tout sera entre les mains de la mafia française et burkinabé.

Tous les scénarios sont prêts pour le pillage systématique de nos ressources minières. Dadis aimait faire allusion à Machiavel sans savoir que des gens de son plus proche entourage étaient pires que le stratège légendaire.

Que Dieu sauve la Guinée des intentions maléfiques du trio Alpha-Blaise-Konaté.


© Copyright Tamsirnews.com


Source : Tamsirnews/partenaire de Guinea-Forum


© Copyright : www.guinea-forum.org/ www.guinea-forum.org (Tous droits réservés)/2010

Merci pour votre visite. Revenez quand vous voulez! À bientôt

Posté le 11  May, 2010 @ 20h40


© En Guinée, la même France de Sarkozy et de Kouchner a chois le Général Sékouba Konaté sur le cercueil du Capitaine Moussa Dadis Camara. 

La situation politique guinéenne va bientôt s’éclaircir ave les élections présidentielles programmées le 27 Juin 2010, élections pendant laquelle, moins de 25% des électeurs éligibles vont déterminer le sort de des restes des 75%des électeurs.

Est-ce le vote d’une minorité des Guinéens qui va déterminer le futur président ?

C’est la question qui vaut plus d’un million d’Euros.

À en croire les derniers développements en Guinée, c’est plutôt le vote français qui déterminera le nouveau locataire de Sékoutoureya.

Qui connaît la politique française en Afrique, il y a de quoi s’en inquiéter au lendemain du 27 Juin 2010 quand M. Alpha Condé sera déclaré vainqueur des élections. Selon une source occidentale à Conakry, les élections ne sont que de façade et n’ont aucune influence sur qui sera le Président de la République.

La présidence de la République a été troquée au plus médiocre et au plus nécessiteux. La politique Française en Afrique consiste à soutenir soit un candidat des ethnies minoritaires soit le candidat le plus vieux qui est dans un état désespéré vue l’âge et la durée de vie en Afrique.

La France connaît bien que le Professeur Alpha Condé est le plus vieux et légendaire opposant du pouvoir à Conakry et que, à plus de 70 ans, cette élection présidentielle est la dernière opportunité, la dernière chance pour le leader du RPG.

Dans la loi de l’offre et de la demande, tout comme dans la du marché, celui qui a le plus besoin demeure toujours celui qui offre le plus pour avoir ce qu’il a besoin. La politique n’échappe pas à cette règle.

Au lendemain de la proclamation des résultats, on dira haut et fort que le plus vieux opposant Guinéen a remporté la victoire et que l’on appelle au calme.

Ce qui est paradoxal en Guinée, c’est cette myopie des autres leaders politiques qui pensent au miracle sans l’aval de la France qui détient tous les pions de la transition en Guinée.

Le Ministre des Affaires Étrangères de la République Française, M. Bernard Kouchner qui noue des liens scolaires avec M. Alpha Condé est l’architecte de la transition en Guinée. Ouvertement ou en coulisse, M. Kouchner avait publiquement dit que Dadis doit partir. Dadis est parti grâce à la complicité de la France qui, comme au Burkina Faso, avait choisi son propre pion.

Au Burkina Faso, la France de François Mitterrand avait choisi le Capitaine Blaise Compaoré sur la dépouille du Capitaine Thomas Sankara.

En Guinée, la même France de Sarkozy et de Kouchner a chois le Général Sékouba Konaté sur le cercueil du Capitaine Moussa Dadis Camara.

Dans les deux cas, même scenario et même résultats : Dadis est parti tout comme Sankara est parti du pouvoir à l’exception que Dadis reste vivant pour méditer son triste sort le reste de sa vie.

La tension entre le Capitaine Moussa Dadis Camara et la France de Kouchner a commencé quand le Chef de la Junte a manifesté son ardent désir de se présenter comme candidat à la présidence du pays. Des émissaires de la diplomatie Française avaient tenté en vain de faire renoncer au Capitaine Dadis ses ambitions présidentielles pour céder le pouvoir à leur homme politique de choix, M. Alpha Condé.

On se souvient de la rencontre ente le Capitaine Moussa Dadis Camara et M. Alpha Condé qui essayait de courtiser la junte dans l’ultime objectif de faire plier le Chef de la Junte Militaire. Devant l’échec des calculs Français pour la succession en Guinée, le capitaine Moussa Dadis Camara fut alors désigné un soldat à liquider mais comment faire, par quel moyen et qui sera le Compaoré Guinéen ?

C’est ainsi que le Général Konaté fut l’homme de la France qui l’invita à Paris quelque mois avant le coup tragique infligé au Capitaine Dadis.

Pendant ce séjour à Paris, les autorités françaises auraient conclu un pacte, un contrat avec le Général Konaté. Quand Dadis sera écarté d’une manière ou d’une autre, le destin de la Guinée sera entrain tes mains mais à condition de suivre le chemin tracé par la mafia Franco-Libanaise.

Cela commence par soutenir l’homme que la France soutient pour la présidence. La France a choisi son camp et au Général Konaté de faciliter la tache.

Instructions bien comprise selon l’entourage du président par Intérim. En effet, malgré l’image de tension entre M. Alpha Condé et le président par Intérim, le courant passe très bien entre les deux qui ont conclu un programme commun : Faire tout pour que le leader du RPG soit le nouveau Président et qu’en retour le Général Sékouba Konaté sera toujours le patron de l’armée, conservant son poste de Ministre de la Défense dans le gouvernement Alpha Condé et contrôlant la manne financière qui allouée à l’armée.

C’est d’ailleurs la raison du récent remaniement du haut commandement militaire de l’armée, remaniement qui a vu des nominations de copinage.

Le leader du RPG avait solennellement déclaré que son parti usera de tous les moyens pour gagner les élections.

Tous les moyens, y compris les moyens illégaux ?

Ce qui reste à déterminer c’est de savoir si ce projet de « terrorisme d’État » va réussir et quelles seront les conséquences d’une élection bâclée et à l’arrache pied pour satisfaire les vœux et la chronologie de la succession en Guinée, préconisée et souhaité par la France qui a toujours son rêve de voir le pays sous sa coupe et sa sphère de d’influence.

Malgré les déclarations mensongères répétées de la France et de Sékouba Konaté, le jeu politique en Guinée est déjà joué et ils (la France et Konaté) ont leur candidat préféré : M. Alpha Condé.

La France de Kouchner a fait son choix, c’est bien clair et les Guinéens seront encore une fois déchus. C’est cela le destin Guinéen.

Quand la France de Bernard Kouchner fait son choix, le General Sékouba Konaté ne fera que s’exécuter.

Jean Paul, Correspondant de Guinea-Forum à Conakry.

Copyright © 2010 www.guinea-forum.orgAll Rights Reserved.







Posté le 15  May, 2010 @ 15h11
Mis à jour le 15 May, 2010 @ 16h6
© Aujourd'hui plus que jamais, le rêve de Sékouba Konaté, c'est de remettre envers et contre tout le pouvoir aux mains du professeur Alpha Condé au lendemain du 27 juin 2010.

Dans les ruelles des quartiers obscurs de Conakry, il n'est plus un secret pour personne que le Général Sékouba Konaté est en train de trahir le peuple de Guinée. Le président par intérim, plus que jamais sur une mauvaise trajectoire, veut effectivement rendre le pouvoir à un civil élu. Mais, pas n'importe lequel : car, le président, qui a toujours dit haut et fort qu'il n’a pas de candidat, soutient, contrairement à ces propos, un candidat de son ethnie.

Selon nos sources d'informations, le Général Sékouba Konaté a déjà fait « le deal » avec le « professeur » Alpha Condé afin que ce dernier remporte le scrutin du 27 juin prochain.Dans les allées de la présidence, le président par intérim ne cacherait plus ses intentions de tirer discrètement les ficelles pour permettre à l'opposant Alpha Condé de briguer la magistrature suprême après de longues années de lutte qui l'ont même conduit en prison sous le régime de Lansana Conté.

Quitte à voler, à tricher, à organiser des élections controversées de nature à provoquer des troubles dans le pays. Aujourd'hui plus que jamais, le rêve de Sékouba Konaté, c'est de remettre envers et contre tout le pouvoir aux mains du professeur Alpha Condé au lendemain du 27 juin 2010.

Pour joindre l'acte à la parole, le numéro 1 du pays depuis la mort politique de Dadis ne lésine pas du tout sur les moyens. Aux dires de certaines personnes de l'entourage du président, il aurait personnellement intimé à l'entrepreneur KPC de rejoindre immédiatement le RPG.

Ce jeune patron de la plus controversée entreprise guinéenne « GUICOPRESS » doit, sur ordre du général, se mettre impérativement et au plus vite aux côté du professeur Alpha Condé. En contre partie de quoi, il pourrait continuer à rafler les marchés de gré à gré au cas où le président par intérim arriverait à voler les élections pour le leader du RPG.
Champion en marché de gré à gré depuis l'avènement du CNDD au pouvoir, le 23 décembre 2008, KPC, devenu par la force des choses le Santullo de l'après- Conté s'est retrouvé dans l'obligation d'adhérer au RPG pour rester dans les grâces du Général Konaté auquel il doit sa fulgurante ascension économique sur fond de contrats opaques et de favoritisme.

D'après donc nos sources, des sources concordantes et dignes de foi, sans surprise, le prof Alpha Condé sortira vainqueur du scrutin décisif du 27 juin prochain. Avec la complicité du Général Sékouba Konaté, qui mène les guinéens en bateau en se faisant passer pour un messie, un saint, le chef de file du RPG pourrait devenir dans quelques semaines le deuxième président civil de la République de Guinée.

Les dés sont jetés. Du côté de la présidence sise dans la prestigieuse Cité des Nations où des courtisans zélés de tous les horizons ont installé leur quartier, Sékouba Konaté, autoproclamé Général avec le soutien de Dadis pour mieux déguster la chose publique, se démènerait comme un beau diable afin de pouvoir passer le témoin à son dauphin qu'il a lui même choisi pour des raisons ethniques et régionalistes.

À un mois du jour « », l’ambiance est à la fête à Mafanco, domicile du « futur président ». Une fête dans tous ses états suite à l'élection gagnée d'avance par le chef de file du RPG grâce à la bénédiction de Sékouba Konaté.

À suivre


Copyright © 2010 www.guinea-forum.orgAll Rights Reserved.

Copyright © 2010 http://www.guinea-salimafo.org- All Rights Reserved.







Posté le 15  May, 2010 @ 19h50
Mis à jour le 15 May, 2010 @ 19h53
© N’importe quel analyste vous dira que si en Guinée il n’y a pas d’élections libres et transparentes elle sera ingouvernable pour longtemps encore. 

Nous voilà sur la dernière ligne droite de la fin d’une transition supposée. Si les guinéens ne prennent garde les lendemains seront encore plus tristes. Et pourtant la Guinée n’a pas besoin de ça.

Toutes les manigances ourdies se révéleront au grand jour et tous les guinéens qui ne sont pas dans les secrets du pouvoir seront sonnés au point de plus pouvoir se relever.

Des signaux révélateurs sont pourtant perceptibles comme des es que les politiques omettent de voir. Tout porte à un scepticisme flagrant. Le peuple tout entier au nom duquel chacun se réclame aspire au changement.

Ce changement aura-t-il lieu vraiment ?

Tous les indicateurs reflètent une simulation sournoise de changement. Le pouvoir laisse les partis politiques s’occuper à leurs « mamaya » quotidiennes qui pour eux reflètent leur popularité.

Est-ce suffisant pour aller aux élections ?

Certainement pas.

Certains leaders politiques sont à abattre coûte que coûte. Que le cas Dadis leur serve d’exemple. Ceux qui n’ont pas hésité par tous les moyens à trahir leur « ami » Dadis n’hésiteront non plus à trahir leur propre peuple pour assurer la continuité de leur propre espèce.

Jusqu’où ira la myopie des leaders politiques qui continuent de croire à de fausses illusions ?

C’est naïf et même pitoyable. Pendant que ces derniers s’ingénient à une parodie électorale, l’intérim du pouvoir a déjà ficelé le sort du pays. L’élu du pouvoir est déjà choisi.

La Guinée sera-t-elle éternellement une race raisin pour pieds ivres ?

Appartient-elle forcément aux mêmes ?

En tout cas l’acte qui se joue en ce moment déterminera l’avenir du pays pour les cinquante prochaines années. Ce qui se trame entre le pouvoir, la CENI, la mafia locale et certains leaders politiques ne trompe pas. Je rentre de Guinée ou l’effervescence est à son comble.






N’importe quel analyste vous dira que si en Guinée il n’y a pas d’élections libres et transparentes elle sera ingouvernable pour longtemps encore.

C’est tout le paradoxe Guinéen. Entre les dits « propres » qui veulent à tout prix récupérer le pouvoir et les soit disants « mal propres » qu’on veut éliminer, les guinéens sauront où donner de la tête pour stopper le scandale.

Le 27 juin sortira-t-il la Guinée de cinquante ans de nuit noire ?

Pas si sûr. Au peuple de prendre son destin en main et maintenant et durablement sinon c'est la porte ouverte à touts les épreuves.


Copyright © 2010 www.guinea-forum.orgAll Rights Reserved.

Copyright © 2010 http://www.guinea-salimafo.org- All Rights Reserved.


Merci pour votre visite. Revenez quand vous voulez! À bientôt.







Posté le 16  May, 2010 @ 19h53
Mis à jour le 16 May, 2010 @ 19h54
© Si la France par la main de ses affaires étrangères impose discrètement ou indirectement son choix lors des élections du 27 juin, elle sera rendue responsable de l’incendie qu’elle aura allumé.

De quoi s’agit-il ?

De l’obstination des tenants du pouvoir transitoire de sceller le sort du pays par le dictat de la France par le biais de son ministre des affaires étrangères de vouloir revenir en force après cinquante années d’attente.

Pour cela il faut placer leur homme de main. La mafia libanaise s’agite aussi de son côté en seconde main de l’ancien colonisateur.

Le Guinéens se laisseront-ils faire ?

Rien n’est moins sûr. Le peuple aspire au changement. Si ce n’est pas le cas le 27 juin ce sera le début d’une dérive qui basculera dans une guerre civile qui ne dit pas son nom. Ou alors les Guinéens ne seront dignes de n’être respectés par aucun peuple.

Si les seuls intérêts de la France priment sur le bonheur et la liberté de toute une nation, alors la Guinée et ses Guinéens ne seront plus que matière première à la merci du marché occidental.

Si la France par la main de ses affaires étrangères impose discrètement ou indirectement son choix lors des élections du 27 juin, elle sera rendue responsable de l’incendie qu’elle aura allumé.

Même le groupe de contact international s’inquiète des dérives de plus en plus flagrantes et des actions conjuguées du pouvoir transitoire, de la CENI et de la mafia locale.

Pourquoi la CENI tarde à publier les résultats de son travail région par région ?

Il y a anguille sous roche. Attention le peuple est toujours prêt à la guerre au nom de la justice pour recouvrer définitivement sa liberté.

Seules des élections libres et transparentes épargneront le pays des violences, d’une nouvelle dictature et surtout d’une guerre civile.


Copyright © 2010 www.guinea-forum.orgAll Rights Reserved.

Copyright © 2010 www.guinea-salimafo.org - All Rights Reserved.


Merci pour votre visite. Revenez quand vous voulez! À bientôt.











 Halte à l’intox pour insinuer des conflits post-électoraux!

Si notre candidat n’est pas élu c’est qu’il y a eu mascarade électorale. Dans ce cas nous cassons tout. Ou c’est notre candidat ou c’est le chaos. C’est notre tour! Personne ne peut prendre le pouvoir cette fois-ci si ce n’est pas nous! Voila les slogans des extrémistes qui pensent qu’ils sont les plus nombreux, les plus intelligents et les plus riches en Guinée, c’est grâce à eux qu’il y a l’oxygène en Guinée, tous les autres guinéens sont des farfelus. Toutes les insinuations sont possibles.

Des web sites, au lieu de cultiver la paix entre les guinéens en ce moment crucial de notre Histoire, s’évertuent à répandre des slogans erronés de ce genre. C’est vraiment dommage!

« Le Général Sékouba KONATE est déterminé à remettre le pouvoir à Alpha CONDE sous ordre de la France avec la complicité de Bernard KOUCHNER. Tout le jeu est fait…». Une des versions de ces extrémistes.

« Non! Alpha CONDE est spécialiste en intoxication, c’est lui qui est entrain de répandre les rumeurs qu’il est ami de  Bernard KOUCHNER, donc il est le candidat choisi par la France. Tralalas… ». Une autre version de ces mêmes extrémistes.

Tantôt ils inventent: « Alpha CONDE chercherait alliance avec l’UFR de Sidya TOURE sachant qu’il est en perte de vite dans son fief en Haute Guinée avec l’entrée en politique des Lansana KOUYATE, Louncény FALL, Mamadi DIAWARA, Ousmane KABA… »

Rien de consistant, de sérieux dans les arguments avancés par ci, par là.

Personne ne saurait prendre ces extrémistes au sérieux. Mais il est mieux de rafraîchir la mémoire des gens qui pensent comme eux. Car ils ont une mémoire courte, une mémoire de poule. Ils prennent leurs rêves pour réalité. Ils pensent que les Guinéens s’entretueront si Cellou Dalein DIALLO n’est pas élu le 27 Juin prochain. Ils parlent même de ’’génocide’’. Ils prennent des Guinéens pour des imbéciles, des vauriens. J’en passe.

Quelques questions à ces extrémistes:

Qui a créé le 1er journal indépendant en Guinée?

Quand Prof Alpha CONDE organisait le 1er meeting de l’Opposition guinéenne le 21 Juin 1991 où étaient les autres candidats d’aujourd’hui?

Quand en 1993 le Général Lansana CONTE annulait 200.000 voix au détriment du candidat du RPG Prof Alpha CONDE, alors qu’il était largement gagnant, à défaut un 2ème tour était nécessaire pour départager les deux candidats Lansana CONTE et Alpha CONDE, où étaient-ils avec leur Cellou Dalein DIALLO?

Quand en 1998 Prof Alpha  CONDE député de son état, candidat aux élections présidentielles a été jeté en prison par Général Lansana CONTE, où étaient-ils ces extrémistes?

Tout ce temps Prof Alpha CONDE n’est pas l’homme de la France.

Prof Alpha CONDE bien placé à remporter face à ses adversaires politiques, Prof Alpha CONDE est qualifié subitement l’homme de la France et du  Général Sékouba KONATE. Ce sont les mêmes qui disaient que Capitaine Moussa Dadis CAMARA roulait pour le Prof Alpha CONDE. Ces extrémistes ne se fatiguent pas dans leurs raisonnements mensongers et calomnieux.

C’est autant absurde que stupide. Aucun candidat n’est favorisé par rapport à un autre. A ce que nous sachions. Cette élection est entrain d’être préparée dans la plus grande transparence avec la participation de tous et de chacun. L’administration est neutre et elle n’a pas de candidat. La première fois dans l’Histoire de la Guinée. Chaque candidat sur le même pied d’égalité.

Tant pis pour les canards boiteux!

Mais, qui a affirmé qu’il sûr d’être le futur Président de la République de Guinée. cela parce qu’il est issu d’une ethnie majoritaire, la dite ethnie est la plus riche et la plus présente dans les Institutions publiques, privées et internationales de la Guinée et surtout parce qu’il sait qu’il est le candidat favori de la France dont il est assuré de son soutien total.

Qui,  tout le temps, empêchait les partis d’opposition à s’implanter dans sa région natale la Moyenne Guinée et ailleurs et où étaient-ils ces extrémistes?

Qui a son nom presque dans tous les scandales de corruptions et de détournement en Guinée dans ces deux dernières décennies?

Qu’est ce qu’ils veulent nous cacher, ces extrémistes?

Qui était l’homme de confiance du Général Lansana CONTE comme l’a dit son propre directeur devant ses partisans à Lomé?  Cellou Dalein a eu l’admiration et la confiance du Général Lansana CONTE. « Ayant 30 ans d’expérience dans l’administration guinéenne en ayant gravi tous les échelons pour finir ministre pendant 10 ans et premier ministre pendant 1 an, Cellou Dalein a eu la confiance et l’admiration de feu Général Lansana CONTE qui a reconnu en l’enfant Dalein une compétence, une intégrité et une éducation qui pourront lui de capital confiance aux yeux de ses compatriotes » dixit Dr Fodé Oussou FOFANA le directeur de campagne de Cellou Dalein à Lomé.

L’homme de confiance de celui qui a détruit complètement la Guinée, c’est trop gros pour que les guinéens bien avertis votent pour ce dernier! Je ne dis pas les extrémistes racistes médiocres qui n’ont de référence, de repère que l’ethnie. Pour les suppôts de Cellou Dalein DIALLO, le bilan négatif des 24 ans de règne sauvage sans partage du despote sanguinaire Général Lansana CONTE font ses atouts pour briguer la magistrature suprême en Guinée. Comme si les autres guinéens sont dingues et sont moins méritants.

Encore une insulte grossière à l’endroit  du vaillant Peuple de Guinée! Celui  qui a contribué à agenouiller le pays, il faut passer par tous les moyens pour l’imposer à ce même peuple, comme si ce peuple n’a pas de mémoire, n’a pas d’Histoire.

Si un Leader politique devrait crier au scandale c’est bien Prof Alpha CONDE.

Tout le monde sait que les opérations de recensement ont effectivement commencé en Octobre 2008 au temps du gouvernement AT SOUARE – Cellou Dalein DIALLO, autrement dit au temps du gouvernement Pup – Ufdg sous Général Lansana CONTE. Tout avait été mis en œuvre pour bâcler les opérations d’enrôlement partout où le Rpg du Pr Alpha CONDE semble être implanté.

Entre temps Général Lansana CONTE meurt. Capitaine Dadis prend le pouvoir. La suite, le monde le sait…

Le Rpg étant un parti national, contrairement à d’autres, les irrégularités sont relevées sur toutes l’étendue du territoire national, pas seulement en Haute Guinée où les irrégularités sont de trop criardes 40% d’amputation, mais aussi en région forestière: Lola, Beyla, Kissidougou, NZérékoré… en moyenne guinée: Dalaba, Mamou, Gaoual… en basse guinée: Boffa, Kindia, Boké, Télémélé… à Conakry notamment la commune de Matoto.

Cette carte géopolitique du Rpg n’est nullement exhaustive.

Donc, comme l’on le voit ces irrégularités constatées sur les listes électorales aujourd’hui sont orchestrées à dessein et ont été sciemment et savamment programmées depuis le temps du gouvernement Pup – Ufdg sous Général Lansana CONTE rongé et fini par la maladie et l’âge.

A noter bien que toutes les élections frauduleuses organisées au temps du Général Lansana  CONTE, Ahmed Tidjane SOUARE et Cellou Dalein DIALLO étaient tous deux aux affaires. Ça se comprend aisément que Cellou Dalein DIALLO, apprenti sorcier du Général Lansana CONTE, président et candidat de l’Ufdg est bel et bien un spécialiste en matière de fraudes électorales en Guinée.

Général Sékouba KONATE n’a pris que le train en marche.

Même le recensement des guinéens à l’extérieur le gouvernement SOUARE – Dalein ne voulait pas. Nous avons tous suivi Sékouba BANGOURA le Ministre de l’ATD  d’alors qui ne voulait pas. L’Ufdg de Cellou Dalein DIALLO, qui a  fait semblant de s’agiter aujourd’hui pour le recensement des guinéens de l’extérieur, était d’avis. Ses membres étaient au gouvernement.

C’est Général Sékouba KONATE qui a levé l’équivoque que chaque guinéen partout où il se trouve a le droit de voter. Il faut qu’on lui reconnaisse cette bonne volonté du Général et le laver de tout soupçon de partialité.

De toutes les façons, la Communauté nationale et internationale est unanime que la Transition est entrain de se passer dans les conditions normales et que les élections présidentielles du 27 Juin 2010 se dérouleront dans la plus grande transparence. Ceux qui pensent que si leur candidat ne passe pas c’est que il y a eu mascarade électorale l’ont à leur dépens. Autant ils sont déterminés à semer les troubles après les élections, autant le Peuple de Guinée dans son ensemble est prêt à défendre jalousement sa victoire.

Le chien aboie la caravane passe tranquillement!

Que Dieu nous donne longue et bonne santé. Amen!





















Conakry, le 16 Mai 2010




Ibrahima Khalilula DIAKITE dit Angbansandé
Citoyen Guinéen à Conakry



















Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire